L'Eglise

L'église actuelle a été reconstruite en 1613 sur les vestiges d'une chapelle dédiée à l'archange saint Michel. A la fin du Moyen Age, une église de Notre-Dame dépendait de la Commanderie, parallèlement à la chapelle Saint-Michel utilisée par les paroissiens de La Chaux. La première, qui était en ruine en 1547, ne fut pas reconstruite, tandis que la seconde, attestée au 15e siècle, perdit son usage cultuel, qu'elle ne retrouva qu'en 1613, après avoir été réparée et agrandie au nord. Cette chapelle avait à cette époque un clocher-arcade qui fut probablement démoli en 1781 et remplacé par l'actuel. L'église, classée monument historique, fut restaurée vers 1849 et en 1920?1921. La paroisse formait une annexe de celle de Cossonay et était desservie par le diacre de cette ville. L'ancien cimetière, qui se trouvait autour de l'église, fut déplacé à l'extérieur de la localité dans le deuxième ou le troisième quart du 19e siècle, conformément aux directives cantonales.
Le temple comporte deux cloches. La première a été fondue en 1621 et équipait la collégiale Saint-Andoche à Saulieu (Côte-d'Or). La seconde date de 1730 et servait la collégiale de Vie-sous-Thil. Ces deux cloches ont été réquisitionnées par la convention nationale française en 1793 afin d'être fondue pour devenir monnaie et canon. Echouées à Genève et vendues, les cloches sont expédiées à Morges par bateau pour trouver refuge dans l'antique clocher de La Chaux. Le vitrail central « Le bon berger » est de Louis Rivier.